Le monde n'a jamais été aussi parfait. Seulement ce n'est plus notre monde. Nous avons été envahis par une autre espèce.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une journée en ambulance [avec Julie Ambre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Owen Lenton
Membre
Membre
avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 15/08/2013

MessageSujet: Une journée en ambulance [avec Julie Ambre]   Ven 16 Aoû - 18:58


U
n large panel affectations existe parmi celles  qu'un soigneur peut avoir. On pense en premier lieu à ceux qui restent dans les Centres de Soin, ceux là que l'on voit en blouse blanche et propres sur eux, ceux là à qui on a envie de faire confiance immédiatement. Il en existe un autre type, oui, vous le connaissez. Ceux là aussi, vous leur faites confiance, mais vous ne pensez pas immédiatement à eux.

En effet, une semaine tous les six mois, les soigneurs du Centre de Soin au sein duquel je travaillais devaient prendre du service dans les ambulances, auprès des unités mobiles qui sillonnent la ville. Ainsi, alors que les tours se succédaient parmi les Soigneurs du centre, j'avais pour la quatrième fois à prendre place dans le véhicule de secours. Durant la journée, selon le flot d'appels d'urgences qui seront passés, nous aurions, l'équipe de cette semaine et moi-même a monter en vitesse dans le véhicule de secours et à foncer au travers des rues à toute allure, gyrophares et sirène hurlants !

Je consultais les planning en arrivant en début de journée, juste après avoir enfilé mon uniforme. Les équipes dans ces véhicules étaient composées d'un conducteur et de deux Soigneurs. A priori, d'après le planning, le conducteur était à temps plein dans l'ambulance ... Par contre, mon binôme serait Julie Ambre.

***Zut, pensais-je, je ne la connais pas du tout.***

A cause du nombre de service et du fait que je ne travaillais pas au Centre de Soins depuis longtemps, je ne connaissais pas tout le monde.

Avec enthousiasme, une pointe d'appréhension avant cette journée où j'allais apprendre plein de choses aux côtés de collègues que je ne connaissais pas encore et ce stress qui ne me quittait plus vraiment depuis que j'étais Soigneur, je pris alors la direction du garage, en façade du grand Centre de Soin.

Nous ne serions pas les seuls ambulanciers de la journée. J'avais donc retenu le numéro de la place de parking réservée et avançais en la répétant en boucle de crainte de me mélanger les pinceaux.

« Place B23 ... Place B23 ... Où es-tu ? Place B23 ? Hop ! Trouvée ! »

J'approchais sans crainte, je savais que je serai bien accueilli : les âmes étaient toutes bienveillantes pas nature. Le conducteur était pour le moment seul devant son véhicule, un porte document à la main, il faisait des vérifications quotidiennes obligatoires sur l'état de l'ambulance. L'hôte devait avoir la trentaine, rasé de près, les cheveux courts et noirs, il avait une peau brune obtenue après de nombreuses heures au soleil. J'étais à peu près certain que de fortes marques de bronzage devaient être dessinées autour de ses bras et de son cou, là où son tee-shirt s'arrêtait. Je décidais de l'interrompre :

« Bonjour, je suis Orme-Cuivré ou Owen, à votre convenance. Lançais-je à l'homme qui se retournait vers moi. Je vais travailler avec vous aujourd'hui. Je vous donne une coup de main pour la vérification du véhicule ? L'homme me sourit, et me tendit un main que je serrais en disant :
- Bonjour, Owen. Je m'appelleTraits-de-l'Aube, je veux bien un peu d'aide, merci ! »

Mon binôme ne devrait plus tarder ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julie Ambre
Membre
Membre
avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 06/08/2013
Age : 23
Localisation : Bisounours city

Feuille de personnage
Avatar:
Doubles comptes:
Race:

MessageSujet: Re: Une journée en ambulance [avec Julie Ambre]   Lun 19 Aoû - 19:13


    Lentement je sors du sommeil et m’étire. Un bâillement m’échappe alors que j’entre ouvre mes paupières et regarde les ombres mouvantes se dessinant sur mon mur. Le soleil se lève à peine et ses premiers rayons s’insinue à travers mes persiennes. J’ai vraiment bien dormis et je me sens en pleine forme, pourtant j’ai une furieuse envie de rester terrée sous ma couette.

    -« Hors de question Julie, si on traine on va nous attendre au centre de soin.»

    Sans me laisser le loisir de protester Ambre se lève, m’obligeant du même fait à la suivre. Je ronchonne un vague bonjour tout en pensant qu’en quelque seconde à peine elle vient de tuer ma bonne humeur. En même temps à quoi je m’attendais ? Elle n’est pas le genre de personne à aimer se faire remarquer, alors arriver en retard au travail … Mon dieu qu’elle horreur pour miss parfaite.

    -« Ne soit pas sarcastique dès le réveil veut tu.»
    *Bien M’dame.*

    Mon ton ne concorde pas avec ma phrase et elle le sait, toute fois elle ne relève pas. A quoi bon. Après tout c’est elle qui « mène la barque », moi je ne suis que la spectatrice indésirable de notre vie. Coincée dans mon propre corps je ne peux qu’observer ce qu’elle en fait, cette situation ne me plait pas, mais à elle non plus. Malgré tout on s’en accommode au mieux, à dire vrais on n’a pas vraiment le choix. Soit j’accepte de m’effacer et de ce fait je meurs, ce qui est tout bonnement hors de question, soit c’est elle qui s’efface et meurt, ce qui, de son avis, ne vaut pas mieux. Du coup je reste coincé en moi et je l’agasse à longueur de journée, puisque c’est bien la seule chose que je peux faire. Ce matin pourtant je ne l’embête pas trop. Je ne fais aucun commentaire sur les vêtements qu’elle choisit de porter, bien que je n’aime pas du tout son jean délavé et sa liquette blanche, mais j’approuve à cent pour cent les baskets montantes, blanches elles aussi. Je me tais aussi lorsqu’elle attache mes cheveux en une bête queue alors qu’elle sait que j’ai horreur de ça. Par contre je ne peux m’empêcher de râler quand elle décide de prendre le bus pour aller au centre de soin.

    *Pourquoi tu ne prends pas notre voiture ? Les gens dans le bus pue la transpiration même à six heures du mat’ et puis on se fait marcher dessus et bousculer sans cesse.*
    *Arrête de faire t’as mauvaise tête, il y a un arrêt de bus juste devant le centre, c’est bien plus écologique.*


    Foutue écologie, foutue bon sens ! Voilà ce que je n’aime pas chez les Âmes, outre le fait qu’elles nous volent nos corps bien sûr, elles sont toutes trop parfaites. Jamais un mot plus haut que l’autre, jamais d’accès de colère, d’insultes … Non, elles sont toujours d’une affable gentillesse. Enfin, Ambre arrive parfois à se montrer sarcastique, ce doit être à cause de ma mauvaise influence, comme elle se plait à le dire. Finalement après d’interminables minutes passées à se faire balloter à droite, à gauche dans le bus, nous arrivons à destination. Comme à mon habitude je me replis dans un petit coin de notre tête et je fais ma petite vie. Je n’aime pas le travail d’Ambre, quand elle m’a appris qu’elle était soigneuse je me suis dit : « Chouette ça va bouger ! », mais finalement rien à voir avec les séries télés. Ici tout est maitrisé, elle ne court jamais, ne panique jamais … Bref la perfection des Âmes.

    Aujourd’hui pourtant quelque chose attire mon attention. Au lieu de prendre la direction des vestiaires elle se contente de revêtir une veste d’ambulancier et se dirige vers le parking des ambulances.


    *On va où ?*
    *Aux ambulances, on y sera pour la semaine normalement.*


    Tient c’est nouveau ça. En tout cas ça me fait rester en éveille, ambulance pour moi ça signifie accident et gyrophare soit un peu d’action. Durant le court trajet nous menant au parking je ne peux m’empêcher de faire des suppositions sur ce qui va nous arriver au cours de la journée du moins jusqu’à ce qu’Ambre perde patiente.

    *Arrête d’affabuler de la sorte, il n’y aura aucun bain de sang.*

    Plutôt que de répliquer je bloque sur le mot « Affabuler ». D’où elle le sort celui-là ? Pas de ma mémoire, je ne me souviens pas avoir déjà employé un mot aussi classieux. D’ailleurs j’espère qu’elle ne va jamais le sortir à l’oral, ça casserais toute mon image.

    *Au lieu de t’occuper de ce que j’ai le droit ou non de dire tu devrais t’occuper de l’endroit où l’on est. On arrive.*

    Ronchonnant j’arrête de penser vocabulaire et me préoccupe des alentours. Ambre s’approche d’une ambulance et souris au deux hommes se trouvant là et les salue.

    -« Bonjour, je suis Julie Ambre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une journée en ambulance [avec Julie Ambre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cours de Langue avec Mlle Ambre (Classe A)
» Une très mauvaise journée...
» Une journée à la ferme [Partie 1] ~ Super grand mère 8D
» Journée porte ouverte
» Amour sucré, l'amour qui est poudré (et pas avec du sucre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Âmes Vagabonde :: La ville ~ :: Centre ville-
Sauter vers: